fbpx

Apprendre à lire les rythmes en musique

Aujourd’hui on se retrouve pour parler de rythme en musique !

L’un des objectifs de ce site est de faire en sorte que les personnes qui ne savent pas encore bien lire la musique puissent s’y mettre, en comprenant petit à petit tous les éléments qui constituent une partition de piano.

Et comme nous avons abordé ce qui concerne la lecture de note dans les dernièrs tutos, cette fois-ci on va uniquement parler de la compréhension des rythmes en musique !

Dans cette leçon, vous allez voir que je vais pas me contenter de vous expliquer bêtement la théorie. On va se servir de pleins de morceaux de piano que vous connaissez déjà pour tout de suite mettre la théorie en pratique.

Et en fin de cours on verra également une astuce pour jouer facilement les rythmes qui vous paraissent compliqués !

Comprendre le rythme en musique

Bon j’imagine que vous savez à peu près ce qu’est le rythme en musique. Mais ça peut être quand même bien de faire un petit point général.

Alors, concrètement le rythme ça sert à quoi ?
Ça sert à nous indiquer principalement deux choses très importantes :

Tout d’abord on a besoin du rythme pour nous indiquer quand jouer une note. Et deuxièmement, il nous dit combien de temps est-ce qu’on doit maintenir cette même note. Ça c’est vraiment les deux aspects fondamentaux du rythme.

Et pour pouvoir jouer des rythmes, il nous faut en premier lieu une régularité rythmique. C’est le tempo en fait.

Celui-ci peut -être lent :

Ou rapide :

Et une fois qu’on a ces battements qui vont venir jalonner le temps de manière absolument régulière, là on va pouvoir créer des phrases rythmiques. Il nous suffira alors d’indiquer sur la partition si une note dure 1, 2, 3, ou 4 battements par exemple.

Et pour indiquer la durée d’une note de musique, on va utiliser ce qu’on appelle des figures de notes. Donc comme leur nom l’indique, c’est la forme que va prendre une note une fois écrite sur partition.

les principales figures de notes

On va tout de suite commencer par apprendre les figures de notes de bases. C’est à dire celles que vous rencontrerez dans quasiment toutes les partitions.

On commence par la figure de note qui dure le plus longtemps. Il s’agit de la ronde, qui dure 4 temps. D’ailleurs vous devez retenir qu’en musique, la durée des notes ne s’indiquent pas en secondes ou en minutes mais bien en temps.

Les temps ce sont les battements que vous avez écouté juste avant. Et pour pouvoir se caler sur ces battements (qu’on appelle d’ailleurs aussi pulsations), on va utiliser un métronome.métronome en musique

Le métronome a pour rôle de battre la mesure, c’est à dire nous faire entendre cette fameuse régularité qui va nous permettre de nous placer rythmiquement. Vous pouvez retenir que la vitesse d’exécution d’une musique est régie par le nombre de battements par minute. Généralement il se situe aux alentours de 40 pour les morceaux très lents et peut monter jusqu’à environ 200 pour les morceaux vraiment très rapides !

Généralement, vous verrez que la vitesse du tempo est inscrite en début de partition, soit par un chiffre, soit par un terme italien comme « largo », « adagio » ou « allegro » par exemple.

Les figures de notes à connaître

La ronde

Revenons-en maintenant à notre première figure de note, la ronde. Pour illustrer comment jouer ce rythme, on va utiliser les accords de « Nuvole Bianche » de Ludovico Einaudi.

Vous vous rappelez que la ronde dure quatre temps. Donc si par exemple je veux jouer le début du morceau, qui est composé uniquement de rondes, je vais bien faire attention à tenir toutes les notes durant quatre temps :

Alors en musique, on n’utilise pas seulement des figures pour indiquer qu’on doit jouer mais aussi pour ne PAS jouer. Hé oui car la musique ce n’est pas que des notes évidemment, c’est aussi du silence. Si on parlait constamment avec notre instrument, ce serait vite fatiguant et pas très musical, c’est pour ça qu’on a parfois besoin de temps de silence. Et tout comme les notes de musique, il faut pouvoir noter la durée de ce silence sur les partitions

Pour ça on va tout simplement utiliser des figures de silences :

les principaux silences

Par exemple l’équivalent de la ronde en silence, c’est la pause. Donc lorsqu’elle apparaît on doit faire le silence absolu durant 4 temps.

La blanche

On continue avec le canon de Pachelbel, qui va nous permettre d’utiliser la blanche :

La blanche nous oblige à maintenir une note durant 2 temps. Et le silence qui correspond à 2 temps, c’est la demi-pause :

Il ressemble beaucoup à la pause sauf que celui-ci est orienté dans l’autre sens.

Le canon de Pachelbel :

explication du rythme en musique

  

La noire

Alors la prochaine figure de note c’est sûrement celle que vous allez le plus croiser dans vos partitions, il s’agit de la noire qui dure 1 temps :

 Cette figure de note n’est ni trop longue, ni trop courte et c’est pour ça qu’elle est employée partout !

Et l’équivalent en silence de la noire, c’est le silence ! On l’appelle aussi parfois soupir, dans les deux cas quand vous le voyez, vous ne devez plus jouer pendant 1 temps :

On va tout de suite voir ça avec un extrait de « Malèna », composé par Ennio Moricone.

La croche

Allez on continue avec une figure de note qui a pour particularité de durer la moitié d’un temps ! Vous avez remarqué que jusque là, les valeurs étaient à chaque fois divisées par deux. Hé bien on va continuer en divisant encore une fois la noire par deux, ce qui va donc nous donner des demi-temps. Et ces demi-temps seront toujours symbolisés par ce qu’on appelle des croches :

Les croches se notent de cette manière lorsqu’elles sont seules, mais quand elles sont plusieurs d’affilée, on les attache ensemble et leur crochet se transforme alors en une barre horizontale. Ce qui ne change absolument rien à leur durée ! Comme vous le verrez dans le célèbre thème du parrain, écrit par Nino Rota.

Notez également le demi-soupir qui nous indique de faire le silence durant 1/2 temps.Le thème du parain :

Alors petite précision lorsque vous enchaînez plusieurs croches, veillez bien à être extrêmement régulier pour diviser le temps en 2 parties égales

La double-croche

Puisqu’on peut diviser le temps en 2, pourquoi ne pas le diviser en 4 ? Ça c’est le rôle de la double croche. Comme son nom l’indique, la double croche est munie de deux crochets, c’est comme ça qu’on la reconnaît. Et de la même manière que les croches, elles s’attachent ensemble lorsqu’elles sont plusieurs.

L’équivalent de la double croche en silence c’est le quart de soupir. C’est la moitié du demi-soupir et donc il vaut 1/4 de temps.

Voici un exemple de doubles croches avec un extrait (arrangé) du morceau « The departure » de Max Richter :

Le triolet

Dans notre panoplie de figures de notes, on peut également rajouter le triolet, qu’on croise quand même pas mal dans les morceaux. Là aussi, le nom est plutôt évocateur, c’est ce qu’on utilise lorsqu’on veut diviser le temps en 3 parties égales.

Comme dans le 1er mouvement de la célèbre sonate au clair de lune de Beethoveen.

Le point

Pour finir, on peut également parler du point. En musique, le point rallonge une note de musique de la moitié de sa valeur initiale.

Decette manière :

  • Une ronde pointée vaut 6 temps.
  • Une blanche pointée vaut 3 temps.
  • Une noire pointée vaut 1 temps et demi.
  • Et une croche pointée vaut 3/4 de temps.

Généralement, on ne descend pas en dessous de la croche quand on utilise le point.

Comment lire un rythme en musique

Alors maintenant je vais vous donner une astuce très simple pour pouvoir jouer n’importe quel rythme qui vous parait difficile !
Et pour illustrer ça on va prendre un exemple :

exercice rythmique

 

A première vue, ça peut paraitre un peu compliqué de jouer immédiatement cette suite de rythmes.

Alors qu’est-ce qu’on peut faire ? He bien on va commencer par trouver la plus petite valeur rythmique. Ici c’est la double croche, qui vaut 1/4 de temps.

Ensuite, on remplit tous les temps avec cette valeur, on va donc placer 4 doubles croches pour chaque temps.

les temps forts

Et maintenant il suffit de voir quand est-ce qu’on joue ! Est-ce qu’on joue sur le 1, le 2, le 3 ou le 4 ?

Là on a fait le plus dur, maintenant il ne nous reste plus qu’a augmenter progressivement le tempo.

Retenez bien que l’important c’est vraiment de toujours bien avoir une régularité rythmique en tête, aidez-vous du métronome pour l’entendre !

Exercices de rythmes pour s’entraîner

Et voilà, j’espère que ce tuto vous aidera à jouer vos prochaines partitions !

N’oubliez pas que quand on parle de rythme en musique, le métronome est votre meilleur ami ! Même s’il vous rebute un peu, je vous conseille vraiment de vous en servir de temps en temps pour être sûr de vous placer correctement d’un point de vue rythmique.

Pour vous entrainer davantage aux différents rythmes que vous pourrez croiser dans vos partitions, je vous invite à pratiquer les petits exercices gratuits qui sont disponibles juste en-dessous !

Maintenant que vous savez tout, il ne me reste plus qu’à vous souhaitez un bon entraînement !

Vous reprendrez bien un petit article ?

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *