fbpx

Les altérations en musique (dièse, bémol, bécarre…)

Comme vous avez déjà certainement pu le voir dans vos partitions de piano, on trouve très souvent des petits symboles qui viennent s’accrocher sur certaines notes de musique. C’est ce qu’on appelle des altérations.

Et aujourd’hui je vais vous expliquer absolument tout ce que vous devez savoir sur ces fameuses altérations. On va vraiment voir toutes les règles qui régissent ces symboles pour que vous puissiez déchiffrer vos morceaux le plus facilement possible.

Et comme il y a quand même pas mal de choses à dire sur les altérations j’ai choisi de diviser le tuto en deux parties (vidéos). En premier on va aborder le principe général de toutes les altérations et ensuite on se concentrera davantage sur des notions un peu plus avancées mais que vous devez absolument connaître !

Allez c’est parti !

Les tons et demi-tons

Alors pour bien commencer ce tuto sur les altérations, il faut tout d’abord comprendre le concept de tons et de demi-tons.  Vous allez voir c’est très simple.

Entre chaque touches du clavier (noires ou blanches) il y a une distance de 1/2 ton.

les tons et demi-tons en musique

Retenez que les tons sont tout simplement le double des demi-tons : 1/2 ton + 1/2 ton est égal à 1 ton.

Par exemple entre Do et Ré, on peut dire qu’il y a 2 demi-tons, ou bien 1 ton de différence.

Entre Do et Mi il y a 4 demi-tons, ou encore 2 tons.

Et pour finir, de Mi à Fa ou de Si à Do, il y a 1 seul demi-ton d’intervalle.

On peut donc voir les tons et demi-tons comme une unité de mesure, pour calculer la distance entre deux notes de musique.

Et pour faire comprendre qu’on doit monter ou descendre d’un demi-ton, on va justement utiliser les altérations !

Le bémol et le dièse

Les 2 altérations principales sont le bémol et le dièse.

Le rôle du bémol, c’est d’altérer une note en la rabaissant d’un 1/2 ton.

Le bémolbémol en musique

Et le dièse lui, altère une note en l’augmentant d’un 1/2 ton.

Le dièsediese en musique

Donc vous l’aurez compris, les dièses et les bémols nous permettent d’atteindre les touches noires. Et chaque touche noire aura donc deux appellations possibles.

Cette note par exemple, peut s’écrire sur la portée Ré dièse, ou bien Mi bémol :

piano

Dans les deux cas si vous voyez Ré dièse ou Mi bémol, vous devrez forcément appuyer sur la même touche.

Alors sur une partition, vous verrez que les altérations se placent toujours avant la note. Pourquoi ? Eh bien tout simplement pour nous permettre de tout de suite voir si la note est altérée ou non. Dans le cas contraire on risquerait de jouer la note, pour seulement ensuite s’apercevoir qu’elle était altérée par un bémol ou par un dièse. Ce qui donnerait une fausse note.

Altération des touches blanches

La plupart des notes altérées (c’est à dire les notes qui ont un dièse ou un bémol devant elles) sont des touches noires. Pourtant, une note altérée peut également correspondre à une touche blanche !

Prenez par exemple Si dièse. Le dièse nous indique qu’on doit ajouter 1 demi-ton à Si, ce qui nous donne Do. Si dièse est en fait Do ! Il est très probable qu’un jour vous vous retrouviez face à un Si dièse ou bien même un Fa bémol par exemple, qui correspondent tous les deux à des touches blanches.

J’imagine que ça doit vous paraitre un peu bizarre et vous vous demandez peut-être pourquoi ne pas directement écrire Do plutôt que Si dièse ? Évidemment tout ça a un sens et c’est ce que vous découvrirez dans la deuxième partie de ce tuto !

Double altérations

On va faire une petit parenthèse pour parler également de deux altérations qu’on voit un peu moins mais qu’il est tout de même important de connaître, car vous allez forcément les croiser tôt ou tard.

Il s’agit du double dièse et du double bémol. Si vous avez bien retenu ce que je vous ai dit précédemment, ça va être très simple de comprendre comment marchent ces deux nouveaux symboles.

comprendre les altérations en musique

Si il y a un double bémol, vous devez tout simplement descendre de 2 demi-tons. Et si il y a un double dièse, on va simplement monter de 2 demi-tons. Voila, c’est pas plus compliqué que ça !

Le bécarre

Donc la pour l’instant on a vu le fonctionnement basique du dièse et du bémol. Maintenant on va rentrer un peu plus dans le détail et voir comment ces deux altérations se comportent dans un morceau de piano.

Regardez l’exemple suivant :

notes de musique altérées

Il n’y a qu’un seul dièse placé sur le premier Sol. On pourrait donc penser que le premier Sol est dièse et que les autres ne le sont pas. Et pourtant, ce sont bien les trois Sol qui doivent être joués dièse ici ! Car en musique, les altérations viennent en quelque sorte « contaminer » toutes les notes qui ont la même hauteur et qui suivent l’altération.

Alors bien sûr pour que le Sol ne reste pas altéré pour toujours, il nous faut donc un autre symbole qui nous indique que la note n’est plus altérée.

Et ce symbole, c’est le bécarre !

bécarre en musqiue

Le bécarre, qui est aussi considéré comme une altération, a tout simplement pour rôle d’annuler les bémols et les dièses qui se situaient avant sur la partition.

Alors à votre avis, comment est-ce qu’il faudrait jouer ces trois nouvelles notes ?

symboles dièse-bémol-bécarre

Il faudrait jouer tout d’abord Sol dièse, ensuite Sol et à nouveau Sol.

Eh oui, car comme je l’ai dit à l’instant, le bécarre est aussi une altération. Et donc lui aussi il va venir « contaminer » les prochains Sol sur son chemin !

Quiz altérations N°1

Voila, vous connaissez maintenant les principes de bases sur les altérations. Avant de décuvrir les notions un peu plus avancées, je vous invite à répondre au quiz qui se trouve juste en dessous pour voir si vous avez tout compris !

Testez vos nouvelles connaissances !

La durée des altérations

Vous savez maintenant reconnaître les 3 types d’altérations que sont le dièse, le bémol et le bécarre. La première règle importante à connaître, c’est que les altérations sont valables uniquement durant la mesure où elles sont présentes.

Voici un exemple de deux mesures à quatre temps, composées de deux blanches chacune :notes altérées par un dièseIci le premier Sol doit être joué dièse et le deuxième également car si vous vous souvenez bien, les altérations touchent également les notes suivantes qui ont la même hauteur sur la portée. C’est ce que nous avons vu ensemble dans la première partie sur les altérations. Donc jusque-là, rien de nouveau.

En ce qui concerne la deuxième mesure par contre, les deux Sol devront absolument être joués bécarre et non dièse, car nous avons changé de mesure.

Retenez donc bien que les toutes les altérations (c’est-à-dire le dièse, le bémol et le bécarre) sont valables uniquement au sein de la mesure dans laquelle elles se trouvent !

L’armure en musique

Passons maintenant à la deuxième notion qui est tout aussi importante.

Sur vos partitions vous trouverez très souvent, des dièses ou des bémols placés sur chaque ligne en tout début de portée. C’est ce qu’on appelle l’armure.

le fonctionnement de l'armature

Ces altérations (contrairement aux altérations ponctuelles dont nous avons parlé juste avant), sont valables durant tout le morceau. Et elles ont pour particularité d’altérer toutes les notes portant le même nom qu’elles. D’accord ? Ces altérations ne vont pas seulement se limiter à modifier les notes qui ont la même hauteur, mais bien toutes les notes qui portent le même nom

Si vous avez par exemple sur votre partition, 1 Si bémol en début de portée, ça voudra dire qu’absolument tous les Si, sur toute l’étendue du clavier deviendront automatiquement bémol, et ce durant tout le morceau.

 L’armure en musique, a pour rôle de ne pas surcharger la partition en altérations. Imaginez un morceau où le Si est toujours joué bémol. Évidemment il est bien plus pratique de ne l’inscrire qu’une seule fois en début de ligne, plutôt qu’à chaque fois qu’un Si apparaitra. Encore faut-il ne pas oublier durant toute la partition de jouer le Si bémol et non bécarre, mais ça c’est surtout une question d’habitude…

Particularités de l’armure en musique

Concernant ces altérations présentes en début de ligne, vous pouvez retenir que ce seront toujours les mêmes, en clef de Sol et en clef de Fa.

Par exemple si vous avez un Si bémol présent en clef de Sol, alors vous aurez aussi un Si bémol en clef de Fa. Ou encore si vous avez un Si bémol et un Mi bémol présent en clef de Fa, alors vous aurez aussi un Si bémol et un Mi bémol en clef de Sol.

 Alors vous remarquerez que les altérations présentes en début de portée ne seront, soit, que des dièses, soit, que des bémols. Vous ne verrez jamais des dièses côte-à-côte avec des bémols, c’est l’un ou l’autre.

 En ce qui concerne leur nombre, les altérations iront de 1 jusqu’à 7. Et ça dans un ordre bien précis.

L’ordre des dièses (de gauche à droite attention) sera toujours le suivant : Fa – Do – Sol – Ré – La – Mi – Si

fa-do-sol-re-la-mi-si

Par exemple, si vous n’avez qu’un seul dièse en début de ligne, alors ce sera forcément la note Fa. Si vous avez 2 dièses en début de ligne, ce seront forcément les notes Fa et Do. Etcetera…

Et l’ordre des bémols est le suivant (sens inverse) : Si – Mi – La – Ré – Sol – Do – Fa.

si-mi-la-re-sol-do-fa

De la même manière, si vous n’avez qu’un seul bémol ce sera forcément la note Si. Et si vous avez 2 bémols, ce seront forcément les notes Si et Mi. Etcetera…

Alors l’ordre des bémols et des dièses n’est pas forcément à apprendre par cœur (même si c’est bien le connaître). Par contre ce que vous devez absolument retenir c’est ce que je vous ai dit tout à l’heure, à savoir que ces altérations sont valables durant tout le morceau, et qu’elles ont pour rôle d’altérer toutes les notes portant le même nom qu’elle.

Pour finir, vous devez retenir qu’en cas de « conflit » entre les altérations de l’armure et les altérations ponctuelles, ce sont les altérations ponctuelles qui ont le dernier mot !

Dans un morceau de piano

Maintenant que vous savez à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur les altérations, on va se servir d’un petit exemple pour que vous puissiez vraiment comprendre comment les utiliser :maitriser les alterations en musique

  1.  Ici, premier Si est bémol, car tous les Si sont naturellement bémols, à cause du Si bémol, placé en début de ligne.
  2. Le deuxième Si est bécarre, à cause du bécarre placé juste devant.
  3. Le troisième Si doit également être joué bécarre, parce que le bécarre placé sur la note d’avant fait toujours effet puisqu’il se situe dans la même mesure.
  4. Le Mi est bémol, car tous les Mi sont naturellement bémols à cause Mi bémol, placé en début de ligne.
  5. Le La est aussi bémol, car encore une fois, tous les La sont bémols à cause du La bémol, placé au niveau de l’armure.
  6. Le deuxième La est dièse, à cause du dièse placé juste devant. Vous voyez qu’ici le dièse est venu remplacer le La bémol de l’armure.
  7. Ensuite le Si est bémol, étant donné que tous les Si sont naturellement bémols et que le bécarre précédent ne fait plus effet puisqu’il se situe dans une autre mesure.
  8. Et pour finir, le dernier La doit être joué dièse, parce que le dièse placé sur le précédent La fait toujours effet dans cette mesure.

Si vous avez compris entièrement cet exemple c’est déjà très bien ! Dans le cas contraire, n’hésitez surtout pas à prendre encore un peu de temps pour regarder à nouveau les deux vidéos consacrées aux altérations car vous verrez que ces petits symboles, on les rencontre tout le temps ! Et que c’est donc indispensable de connaître leur fonctionnement et de savoir comment jouer les notes qui y sont associées.

Résumé rapide du cours sur les altérations

Maintenant je vous propose de faire un rapide résumé des deux leçons sur les altérations :

 

  • Le bémol diminue une note d’1/2 ton.
  • Le dièse augmente une note d’1/2 ton.
  • Le bécarre a pour rôle d’annuler les altérations à la même hauteur, qui se trouvaient avant sur la partition.
  • Les altérations qui interviennent ponctuellement dans un morceau, modifient la ou les notes qui sont placées à la même hauteur sur la portée et ont une durée limitée à la mesure dans laquelle elles se trouvent.
  • Les altérations placées en début de ligne, ce qu’on appelle l’armure, sont effectives pour toute les notes portant le même nom et ce pour tout le morceau.
  • Et en cas de « conflit » entre les altérations de l’armure et les altérations ponctuelles, ce sont bien les altérations ponctuelles qui ont le dernier mot.

Quiz altérations N°2

Alors comme il ne suffit pas de regarder une vidéo ou de lire un article pour bien maîtriser les altérations, je vous ai préparé un autre quiz que vous trouverez juste en-dessous. Ça vous permettra de voir si vous êtes suffisamment à l’aise avec ces nouvelles notions ou si vous avez besoin de réviser encore un petit peu !

Testez vos nouvelles connaissances !

J’espère que vous y voyez un peu plus clair en ce qui concerne les altérations et que ça vous aidera à bien lire vos futures partitions !

 

Vous reprendrez bien un petit article ?

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *