fbpx

Les intervalles en musique

Vous vous demandez peut-être « Pourquoi apprendre à reconnaitre les intervalles ?« 
Au final ce n’est pas indispensable pour jouer des morceaux de musique…

Il faut savoir qu’en solfège, les intervalles sont en quelques sortes les atomes de la musique. C’est à dire que ce sont les plus petits fragments d’un morceau, qui viennent se compiler les uns aux autres. De manière horizontales pour former des mélodies, mais aussi de manière verticale pour construire des accords.

Autrement dit des intervalles il y en a partout et tout le temps en musique ! Et apprendre à les reconnaître c’est un des premiers pas vers la compréhension de la musique. Et mieux vous comprendrez la musique et plus vite vous irez pour apprendre des morceaux, surtout si vous êtes débutant !

Les intervalles peuvent également vous aider à lire une partition plus rapidement. Car pour apprendre à lire la musique de manière rapide (lecture à vue), il faut utiliser ce qu’on appelle la lecture graphique. Ce qui veut dire en fait, ne plus lire les notes une par une, mais reconnaître d’un seul coup un ensemble de notes qui sont formé par plusieurs intervalles.

Et ça vous verrez que ça permet de lire vraiment plus vite. Et on en reparlera d’ailleurs dans le tuto qui sera dédié à la lecture rapide de partition. (D’ailleurs vous pouvez aussi vous abonner à chaîne Youtube de piano-tuto si vous ne voulez pas passer à côté !)

Cette leçon parle évidemment beaucoup de théorie, mais pour que ce ne soit pas trop barbant, vous aller tout de suite mettre la théorie en pratique sur votre piano, sur votre instrument, ou même dans votre tête, grâce à des petits exercices que je vais vous proposer constamment tout au long de ce tuto. Le but étant d’étoffer vos connaissances en théorie musicale… mais aussi en pratique !

Définition d’un intervalle en musique

Un intervalle c’est une distance entre 2 notes. Tout simplement.

Et selon le nombre de tons ou demi-tons qui séparent ces deux notes l’intervalle sera classé dans différentes catégories.

Ce qui nous amène vers…

Les noms des intervalles

C’est parti, on rentre dans le vif du sujet ! Encore une fois, pour que toutes les explications soit bien claires on va se baser sur le Do comme référence. Ce qui aura pour avantage de n’utiliser que les touches blanches du clavier (au moins dans un premier temps). Et de cette manière vous allez pouvoir très vite assimiler tous les degrés des intervalles.

L’unisson

On commence par l’unisson qui est formé par une même note mais joué généralement par deux instruments différents :

intervalle d'unisson

La seconde

Ensuite vient la seconde, de Do à Ré :

intervalle de seconde

La tierce

Puis la tierce, de Do à Mi :

intervalle de tierce

La quarte

Ensuite la quarte qui s’étend de Do à Fa :

intervalle de quarte

La quinte

La quinte avec un écart de Do à Sol :

intervalle de quinte

La sixte

La sixte est formé par Do et La :

intervalle de sixte

La septième

La septième, de Do à Si :

intervalle de septieme

L’octave

Et enfin l’octave, qui est l’écart entre Do et un autre Do qui se situe juste à côté :

intervalle d'octave

Remarque : Retenez bien que pour trouver le nom d’un intervalle en musique, vous devez tenir compte des deux notes qui le compose. Par exemple pour trouver la quarte de Do, vous devez compter +4 à partir de Do, ce qui nous donne bien (1) Do – (2) Ré – (3) Mi (4) Fa !

Je préfère le préciser car c’est parfois un point qui n’est pas tout de suite compris dans les cours que je donne à mes propres élèves…

Vous pouvez aussi noter que si on se dirige vers l’aigu, on parlera d’intervalle ascendant. Et si on se dirige vers le grave, il s’agira d’intervalle descendant.

 

Quiz – Mémorisation des intervalles

Ok avant de passer à la suite, vous allez pouvoir tester vos nouvelles connaissances avec ce petit quiz !

Si vous avez encore un peu de mal à réussir ce quiz, prenez le temps de pratiquer chez vous en partant de n’importe quelle touche blanche et essayer de mémoriser parfaitement chaque intervalle.

Alors vous remarquez que de Do à Ré, il y a un ton, alors que de Mi à Fa il n’y a qu’un seul demi-ton. Pourtant les deux correspondent à des secondes. On voit donc que deux notes peuvent avoir la même dénomination en terme d’intervalle mais pas forcément la même distance, exprimée en tons ou demi-tons. Au passage, si vous n’êtes pas encore à l’aise avec les notions de tons et demi-tons vous pouvez aller faire un tour sur la leçon qui parle des altérations…

On a donc besoin de définir encore plus précisément la distance entre deux notes de musique !

Les intervalles Majeur, mineur et juste

Dans un premier temps on va voir que les intervalles en musique peuvent être majeurs, mineurs ou justes. Retenez bien ces trois termes-là :

  • Majeur
  • Mineur
  • Juste

Secondes majeures et mineures

Entre Do et Ré, il y a une distance de 1 ton. C’est ce qu’on appelle une seconde majeure.
Par contre entre Do et Ré bémol, il n’y a qu’un seul demi-ton, c’est donc une seconde mineure.

Quelle est la seconde majeure de Mi ?

C’est Fa dièse !

Il suffit de monter d’un ton en partant de Mi pour trouver la réponse.

Retenez bien que c’est Fa dièse et non Sol bémol ! Puisque Mi – Sol c’est une tierce… attention !

Quelle est la seconde mineure de Si ?

C’est Do !

Au final pour trouvez ces réponses vous n’avez qu’à calculer la distance qui sépare deux notes, en tons ou demi-tons !

Tierces majeures et mineures

On continue avec les tierces. Elles peuvent êtres majeures lorsqu’elles sont séparées par une distance de 2 tons.
Ou bien mineures, avec une distance de 1 ton et demi.

Quelle est la tierce majeure de Mi ?

C’est Sol dièse !

De la même manière, on évite de dire La bémol, puisque Mi – La c’est une quarte et pas une tierce !

Quelle est la tierce mineure de Ré ?

C’est Fa !

Quartes justes

Alors les quartes c’est un peu plus simple, puisqu’elles sont ni majeures, ni mineures, elles sont dites « justes ».
Et une quarte juste est composé de 5 demi-tons.

Quelle est la quarte juste de Si bémol ?

C’est Mi bémol !

Quintes justes

Et tout comme les quartes, les quintes sont aussi dites « justes ».
Une quinte juste est composé de 7 demi-tons.

Quelle est la quinte juste de Si ?

C’est Fa dièse !

Sixtes majeures et mineures

Les sixtes quant à elles, sont de nouveau majeures ou mineures.
Une sixte majeure est composé de 9 demi-tons, alors qu’une sixte mineure comprend seulement 8 demi-tons.

Quelle est la sixte mineure de La bémol ?

C’est Fa bémol !

Hé oui ce n’est pas vraiment Mi la réponse exacte mais bien Fa bémol.

Ça peut vous paraitre un peu tiré par les cheveux mais pourtant c’est logique puisque La – Mi ce n’est pas une sixte mais bien une quinte ! Alors que La – Fa c’est bien une sixte…

C’est ce qu’on appelle une enharmonie. C’est ce qu’il se passe quand un même son peut se faire appeler différemment.

Septièmes majeures et mineures

De la même façon les septièmes aussi peuvent être majeures ou mineures.

Pour une septième majeure, vous pouvez compter 11 demi-tons. Mais là c’est surement plus facile de regarder la note qui se situe un demi-ton juste en-dessous de la note de départ…

Et pour une septième mineure, ce sera logiquement 10 demi-tons. De la même manière c’est la note qui se situe cette fois 1 ton en dessous de la note de départ…

Quelle est la septième majeure de Fa dièse ?

C’est Mi dièse !

Là aussi, attention à calculer les bons intervalles !

Quelle est la septième mineure de Sol ?

C’est Fa !

Octave juste

Et enfin, on termine avec l’octave juste (qui ne peut pas donc pas être mineure ou majeure) qui est composé de 12 demi-tons et qui est certainement l’intervalle le plus facile à visualiser puisqu’il s’agit de la même note mais juste à une hauteur différente.

Alors toutes ces dénominations ne sont pas là par hasard bien sûr. On se base sur une gamme de Do majeur, avec toutes les touches blanches (Do – Ré – Mi – Fa – Sol – La – Si) et on a décrété que tous les intervalles qui partent de Do sont de base majeurs, excepté bien sur les quartes, quintes et octaves qui sont justes.

Les intervalles diminués et augmentés

Pour finir avec la qualification des intervalles, on a encore besoin de parler des termes « diminué » et « augmenté » qui reviennent très souvent en musique. Vous allez voir c’est plutôt simple, mais ça demande un peu de pratique !

Les intervalles qui sont justes (la quarte, la quinte et l’octave) sont augmenté quand on leur ajoute un demi-ton et diminués quand on leur enlève 1 demi-ton.

Par exemple la quinte augmentée de Do c’est Sol dièse.

Et la quinte diminuée de Do c’est Sol bémol.

Quelle est la quinte augmentée de Sol ?

C’est Ré dièse !

Quelle est la quinte diminuée de Fa ?

C’est Do bémol !

Ok jusque-là ça va…

En ce qui concerne les autres, ceux qui peuvent être majeurs ou mineurs (la seconde, la tierce, la sixte et la septième) peuvent aussi être augmentés lorsqu’on leur ajoute 1 demi-ton. Par contre pour qu’ils soit considérés comme diminués, il faut leur enlever 2 demi-tons….

Hé oui l’harmonie, n’est pas toujours un long fleuve tranquille !

Par exemple la sixte augmentée de Do c’est La dièse.

Et la sixte diminuée de Do c’est donc La double bémol !

Quelle est la seconde augmentée de Sol ?

C’est La dièse !

Quelle est la septième diminuée de Ré ?

C’est Do bémol !

Ce qui explique pourquoi vous voyez parfois des notations qui peuvent paraître compliqué comme des doubles bémols ou des doubles dièses.

Dans tous les cas, prenez bien le temps de mémoriser tout ça !

Les renversements d’intervalles

On a abordé pas mal de notions un peu complexe jusque la mais on va essayer de souffler un peu en finissant avec quelques principes qui peuvent se comprendre facilement.

Les intervalles renversés par exemple ! C’est tout simple puisque renverser un intervalle ça veut juste dire qu’on inverse l’ordre de ses deux notes.

Une tierce Do – Mi renversé donne Mi – Do qui est une sixte.

Vous pouvez noter que la somme des chiffres d’un intervalle et de son renversement est toujours égale à 9. En sachant ça il devient très facile de trouver le renversement de n’importe quel intervalle !

Le renversement de la seconde c’est la septième (2+7 =9).

Le renversement de la tierce c’est la sixte (3+6 =9).

Le renversement de la quarte c’est la quinte (4+5 =9), etc…

Et en ce qui concerne les qualificatifs c’est aussi très simple :

  • Le renversement d’un intervalle majeur sera toujours mineur
  • Le renversement d’un intervalle mineur sera toujours majeur
  • Et le renversement d’un intervalle juste sera toujours juste.

Quel est le renversement d'une sixte mineure ?

Une tierce majeure !

Quel est le renversement d'une seconde majeure ?

Une septième mineure !

Quel est le renversement d'une quinte juste ?

Une quarte juste !

Intervalles harmoniques et intervalles mélodiques

Pour finir vous pouvez retenir qu’un intervalle est dit mélodique quand les deux notes qui le compose ne sont pas jouées en même temps. Comme dans une mélodie par exemple.

Et il devient harmonique si au contraire on joue les deux notes ensembles. C’est ce qui se passe quand on joue un accord par exemple.

Et l’oreille dans tout ça ?

Evidemment, l’idéal est de pouvoir reconnaître les intervalles non seulement visuellement mais aussi auditivement ! Que ce soit pour l’improvisation ou la composition, un bon musicien a besoin d’entendre à l’avance les notes qu’il imagine pour pouvoir ensuite les exprimer sur son instrument.

Je ne vous cache pas qu’il s’agit d’un long travail avec un apprentissage constant, mais c’est sûr que c’est génial de pouvoir entendre une mélodie dans sa tête et de pouvoir la restituer du premier coup.

Pour l’instant entraînez-vous à chanter les différents intervalles qu’on a vu et essayez de ressentir quelles sensations ils vous procurent. Vous pouvez aussi chanter l’air d’une chanson et essayer de retrouver les différents intervalles, que ce soit du classique, pop ou jazz !

Vous reprendrez bien un petit article ?

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *